Agnes Verdier-Molinié, héraut du liberalisme et heroïne des libéraux.

L'Ifrap d'Agnès Verdier-Molinié : faux institut de recherche

et vrai lobby ultra-libéral

 

Agnès Verdier-Molinié squatte les écrans pour parler d'économie, auréolée d'une réputation de chercheuse à l'Ifrap. Une prouesse extraordinaire pour une fondation ultra- libérale très éloignée de toute rigueur scientifique, experte du lobbying au Parlement, arrosée par de mystérieux mécènes et noyautée par des chefs d'entreprise...

C’est le diablotin qui sort de la boîte médiatique, dès que le mot « dépense publique » apparaît à l’écran. A moins d’éviter soigneusement ce type de programmes, difficile de louper Agnès Verdier-Molinié et ses analyses chiffrées dégainées à chaque fois qu’une réforme sur les retraites ou les fonctionnaires revient au menu d’une émission. Depuis le début de l’année, la directrice de la Fondation Ifrap est sur les antennes presque un jour sur deux : LCI trois fois, France 5, M6, Canal+, Arte, Europe 1, RTL, RMC, France Inter, Sud Radio, BFM Business, I24news, le service vidéo du Figaro (trois fois)... Sur son site web,    l’institution se félicite d’ailleurs de cette aura impressionnante : « En 9 ans, les travaux de la Fondation sont devenus une référence pour les médias. » Mais de quels travaux s'agit-il ?

 

Sur les plateaux, on s’efforce la plupart du temps de dérouler le titre d’Agnès Verdier-Molinié au long, pour que l’on comprenne mieux de quoi il s’agit : « Directrice de la fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques »….

 

Accéder à l'ensemble de l'article

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau