Michel Miaille - 14 juin 2017

Flyer miaille

Présentation succincte de la conférence

 

« Trois mots s’enchainent ici pour constituer une organisation et mieux un système. Evidemment ces mots appartiennent au vocabulaire juridique , donc à un mode d’expression produit et souvent ouvert aux seuls spécialistes. Pourtant , ce vocabulaire concerne tous les membres de la société : la constitution comme le statut de  citoyenneté et le principe de laicité.  Il est facile de constater en même temps que le passage des mots au concret transforme les institutions et révèle toute l’épaisseur et la complexité des règles confrontées à la réalité sociale et politique. On le mesure bien avec l’exercice réel de la citoyenneté mais aussi avec la compréhension et la mise en œuvre de la laicité , objet d’interprétations, de revendications et de programmes plus ou moins avoués dans des programmes politiques.
Si le fil conducteur de ces trois mots  au plan abstrait est le Droit, en revanche le fil qui les relie au plan concret est bien la Politique.
Comment alors faire que le Droit prenne en compte la réalité politique et qu’en retour , la Politique respecte le Droit ?

 

Michel MIAILLE

« Le citoyen civil »

Né à Sète, Michel Miaille a effectué parallèlement des études de sociologie et de droit à l’Université de Montpellier. Après le doctorat et l’agrégation en droit public obtenus à 28 ans, il part à l’Université d’Alger pour quatre ans. Il revient à Montpellier en 1974 pour enseigner le droit public. Il crée le CERTE (Centre d’Etudes et de Recherches sur la Théorie de l’Etat) et fonde le Département de Science Politique qui n’existait pas, dont il sera le président jusqu’à son départ comme Professeur émérite. Depuis la Faculté s’appelle : Droit et Science Politique.

 

Professeur émérite de droit et de Science Politique à l’Université de Montpellier, ancien Doyen de l’UFR –AES (Administration économique et sociale) (1990-1995). Il a été l’une des figures éminentes du mouvement « Critique du droit » qui prit forme en 1978 autour d’une association de juristes et d’universitaires, ainsi que d’une publication, la revue Procès. Cahiers d’analyse juridique et politique. M. Miaille a travaillé sur les rapports entre marxisme et droit, critique matérialiste et science juridique. Au croisement de la science politique et de l’épistémologie juridique, ses travaux ont jeté les bases d’un enseignement critique du droit dans les facultés et ont théorisé les limites qu’impose le discours de l’État de droit aux luttes sociales et politiques. En 1980, il crée le Centre d’Étude et de Recherche sur la Théorie de l’État. Il est aussi l’un des membres fondateurs de l’Association des constitutionnalistes de France.

Chevalier dans l’Ordre National de la Légion d’Honneur, officier dans l'Ordre des Palmes académiques, Chevalier dans l’Ordre des Arts et Lettres et Grand-Croix de l'Ordre de la Fayette, ses responsabilités universitaires et associatives l’ont conduit à s'investir dans la vie culturelle, académique et sociale de notre l’Hérault et bien au-delà. Vice-président national de la CIMADE de 1997 à 2004, il en fut le président régional pendant dix ans de 1997 à 2007. Il est aussi Président du conseil scientifique de l'Agora des Savoirs depuis 2008 et président du Festival International de Danse Contemporaine de Montpellier.

Président de la ligue de l'Enseignement de l'Hérault depuis plus de dix ans, il a notamment mis en place plusieurs projets visant à promouvoir la citoyenneté au travers des « passeports citoyens sur la laïcité » à Montpellier ou encore des parcours sur l'histoire des migrations en Languedoc depuis deux millénaires.