Pour que personne ne meurt à la rue "

Aux organisations de la Savoie (partis politiques, syndicats, associations).
 

Nous vous prions de trouver ci-joint une lettre ouverte à Monsieur Le Préfet de la Savoie après qu'un sans abri soit retrouvé décédé dans la rue à Chambéry.

Cet homme était de surcroît handicapé en fauteuil roulant.

Cette lettre a aussi été adressée à la Sasson chargée de l'hébergement d'urgence par les services de l'Etat. 

Aline Yung

Présidente de la Fédération de Savoie de la Ligue des droits de l'Homme

Mireille Bertho

Présidente de la section de Chambéry 

 

Lettre ouverte à Monsieur le Préfet de la Savoie

A Monsieur Denis LABBÉ, Préfet de la Savoie
A la DDCSPP
A Monsieur le Maire de Chambéry et au Conseil municipal Au Président du Conseil Département et aux élu-e-sl
A Mesdames et Messieurs les Parlementaires
Aux associations, partis politiques et syndicats
Au siège de la Ligue des droits de l'Homme
Pour que personne ne meurt à la rue.

Monsieur le Préfet,

Chambéry mardi 15 novembre 2016

Par courrier du 31 mai 2016, nous vous signalions le manque d'hébergement sur Chambéry, contenu repris par la lettre de notre Fédération du 8 novembre dernier. En octobre, l'Appel des 100 que nous avons co- signé insistait aussi sur le manque d'hébergements d'urgence en Savoie et sur Chambéry, puisque des familles dorment dehors ou sous des tentes par grand froid ( -5° le matin du 19 octobre 2016) et s'y trouvaient encore comme nous l'avons nous-mêmes constaté le 7 novembre au matin.

En ce 14 novembre 2016, nous apprenons avec stupeur qu'un homme handicapé en fauteuil roulant est demeuré bien trop longtemps sans abri, sauf à dormir sous la coursive du parking derrière la Maison des Associations. Cet homme a été retouvé mort au matin du 14 novembre 2016.

Une minute de silence lui sera dédiée demain mercredi à midi à l'initiative de la Maison des Associations. Nous, Ligue des droits de l'Homme, pensons appeler à une marche pour que personne ne meurt à la rue.

Quelles que soient les causes du décès que l'enquête établira, l'absence de prise en charge d'hébergement et de suivi est accablant. Nous insistons pour que l'hébergement d'urgence sur notre département soit suffisamment haut par rapport aux besoins recensés pour que plus aucun appel au 115, en quelque saison, ne se trouve sans réponse.

Croyez, Monsieur le Préfet, que nous sommes accablés par cette nouvelle et honteux ; nous affirmons que notre département mérite mieux en qualité d'accueil des plus déshérités. Nous rendons publique cette lettre.

Nous vous prions d'agréer, Monsieur le Préfet, l'expression de notre haute considération.

FÉDÉRATION DE SAVOIE DE LA LIGUE DES DROITS DE L'HOMME
Maison des Associations 67 rue St François de Sales K08 73 000 Chambéry

page1image21888   page1image22376